Nikon D750 – Le Reflex 24 x 36 Plus Polyvalent

Après avoir présenté le D610, révision du D600, puis le D810, successeur des D800 et D800E, il était temps pour Nikon de se pencher sur une nouvelle version du D700. Le D750, pourvu d’un capteur 24 Mpix et de caractéristiques avancées en matière d’autofocus et de rafale, est donc le nouveau 24×36 « réactif » de Nikon.

Le D750 ébranle les certitudes des traditionalistes: il intègre des technologies « taboues » (Wi-Fi et écran orientable) et oublie les « signes extérieurs de richesse » que sont la griffe synchro flash, l’oculaire rond ou la prise 10 broches. La « pure photographie » est oubliée au profit d’une meilleure prise en compte des besoins réels des utilisateurs.

Le D750 inaugure aussi une nouvelle conception interne. La carte mère est évi-dée pour faire place au capteur. On gagne ainsi en épaisseur (4 mm de moins que le D610). D’autres détails moins évidents ont été revus, comme la poignée plus étroite et plus profonde ou encore la prise en main moins crispée sur l’appareil.

Lobturateur gagne en compaaté et en discrétion. Il est un peu moins sonore que celui des D700 ou D610… sans atteindre, hélas, le silence du D810. La vitesse maxi culmine à 1/4.000s et la synchro se fait au 1/200 s (le D810 gagne 1/3 d’IL avec sa synchro au 1/250s).

La face avant du boîtier est en fibre de carbone, un matériau solide et léger qui permet de compenser l’ajout de l’écran inclinable, et le mécanisme que cela implique, sans augmenter le poids total.

Évolution importante sur un appareil de cette catégorie, le mode « Tout Auto »et les modes Scènes font leur apparition… à croire que Nikon en veut aux puristes qui ne jurent que par le mode « A » Il y aurait eu de quoi hurler si le D750 n’avait disposé que d’automatismes simplifiés, id ils sont proposés en supplément: autant en profiter. Surtout que, dans bien des cas, l’automatisme fait mieux et plus vite que le photographe!

Côté ergonomie, les informations affichables sur l’écran arrière (par le biais des touches Info ou Quai) sont bien plus lisibles et bénéficient de la possibilité dln-diner l’écran.

Des caractéristiques de pointe

La mesure de lumière reprend les caractéristiques du D810 (91.000 points): difficile de la prendre en défaut. Le mode pondéré haute lumière est présent, il permet de se caler sur les blancs de limage. Le dispositif est efficace, mais il rédame une certaine habitude.

Le nouveau module AF appartient à la même famille que ceux des D810 ou D4s, sans être strictement identique. Il comporte 51 collimateurs dont 15 en croix et 11 travaillant à f/8. L’autofocus fonctionne selon le même principe que sur le D810 (groupage de collimateurs, AF dynamique par zone, etc.). Son efficacité est redoutable face aux sujets très mobiles, surtout quand ils évoluent au milieu d’autres éléments.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *