Canon EOS 6D – Un Reflex 24 x 36 Efficace

Canon avait fait très fort en lançant le premier EOS 5D, puis récidivé avec le 5D Mk II. Enfin, une marque proposait des reflex pourvus d’un capteur 24×36 à un tarif qui ne soit pas stratosphérique. Pour autant ces appareils restaient chers (environ 3.000€). Avec l’EOS6D, Canon franchit un nouveau cap en passant sous la barre des 2.000€.

Le 5D Mark III offrant des performances très élevées, en particulier en matière d’autofocus, il y avait la possibilité de proposer un appareil plus « calme » mais moins cher.

Moins cher ne veut pas dire pauvre. Nombre de caractéristiques du 6D sont héritées du 5D Mark II, appareil « de luxe » de la génération précédente.

La construction, soignée, profite d’un châssis magnésium et de nombreux joints d’étanchéité. Lobturateur offre des performances correctes (1/4.000s et syn-chro-X à 1/180s), même si les modèles haut de gamme font mieux. Le bruit de déclenchement est assez faible pour un appareil de cette catégorie.

L’écran arrière est d’excellente qualité mais il n’est ni orientable, ni tactile… dommage.

L’autofocus se situe au niveau de celui du 5D Mark II: assez étroit, sans beaucoup de collimateurs et pas d’une rapidité foudroyante, mais précis. Le 6D est plus à l’aise en paysage ou en studio qu’en photo sportive. La rafale est assortie à l’AF: sa cadence de 4,5 i/s réserve plutôt le 6D à des usages calmes.
Dans la droite ligne du 5D Mark II, les modes vidéo proposés sont de bon niveau, mais sans AF actif lors de l’enregistrement.

Qualité d’image

Le capteur 20Mpix offre des performances proches de celles des autres reflex 24×36 Canon (5D Mk II ou 5D Mk III), même si le traitement d’image est relativement différent.

Les Jpeg délivrés par le 6D sont de meilleure qualité que ceux du 5D Mk II, car il y a une génération d’écart entre les deux boîtiers. Le 5D Mk III est, lui, sorti à peu près au même moment. Pourtant, le traitement d’image diffère: les Jpeg du 6D sont moins bruités, mais plus lissés. Canon applique un traitement moins fort sur le boîtier « expert » et accentue légèrement le lissage sur le 6D, reflex considéré comme un peu plus “grand public » Les photographes qui ne tirent pas en très grand format seront satisfaits de ce choix, les autres feront un tour dans les menus pour adoucir le traitement du bruit.

Appareil relativement « classique » mais qui ne refuse pas quelques touches de modernité (Wi-Fi et GPS), le 6D décevra ceux qui recherchent un boîtier “sportif », mais ravira ceux qui veulent une excellente qualité d’image.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *